Vous aviez l’habitude de passer vos vacances d’été à l’étranger, à la mer ou en milieu urbain mais vous avez dû changer vos plans et choisi la montagne ! Voici quelques conseils pour que vous puissiez voyager en toute sécurité sur les routes de montagne.

Avant le départ 

Le véhicule
Le chargement doit être bien réparti et bien arrimé. Les éventuels porte-bagages ne doivent pas gêner la vision du trafic ni masquer l'éclairage ou la plaque minéralogique. Les objets transportés sur la banquette arrière ou dans le coffre, doivent eux aussi être bien calés. Ils pourraient en effet se transformer en projectiles mortels en cas d'accident. Consulter le permis de circulation (carte grise) du véhicule pour connaître ses possibilités de chargement peut s’avérer indispensable, surtout en ce qui concerne la charge sur le toit qui est parfois très limitée. 

En montagne avec une remorque ou une caravane le respect des règles élémentaires prend encore plus d’importance. Pour rappel, il s’agit de respecter scrupuleusement les données du permis de circulation en matière de poids tractable et charges maximale de la remorque. Il est également primordial de bien répartir le chargement afin d’éviter un dépassement de la charge d’appui admise sur l’attelage voiture-caravane. En plus de garantir la solidité des organes, ces données vous indiquent ce que votre véhicule sera capable de supporter lors d’un démarrage en côte. Ne plus pouvoir repartir après avoir dû s’arrêter pour un croisement difficile est un stress que l’on peut s’éviter. S’agissant de véhicules qui sont utilisés que de manière saisonnière, il est important de bien les contrôler avant de les remettre en service (pneus sans craquelure et avec un bon profil, câble de sécurité pour le freinage, éclairage et connexion). 

Le parcours
Se renseigner sur l’ouverture des cols et l’accès interdit ou déconseillé à certains types de véhicules (camping-car, caravane, etc.). Le TCS a regroupé les principales informations.

Sur la route 

Les règles de priorité
Lorsque deux véhicules de même catégorie ne peuvent pas se croiser, c'est celui qui descend qui doit reculer (afin d’éviter un démarrage en pente), sauf si celui qui monte se trouve près d'une place d'évitement.
Les véhicules lourds (camions, cars, etc.) et les véhicules avec remorque (trains routiers) ont la priorité sur les véhicules plus légers (voitures de tourisme p.ex), tant en montée qu’en descente. 

Si l’on est sur une route postale de montagne et que l’on croise un car postal, on suit les instructions du chauffeur ! Le début et la fin des routes postales de montagne sont indiquées par une signalisation spécifique (cor jaune sur fond bleu), on doit donc se préparer à croiser un car postal.

Freins et vitesse
Dans les descentes, on choisit le même rapport que celui sélectionné dans les montées. On bénéficie de l'effet de retenue du moteur qui ménage les freins. 
On n’oublie pas que la pente a une influence négative sur la distance de freinage. Pour ne pas se laisser surprendre, toujours adapter la vitesse aux circonstances. On doit pouvoir s’arrêter sur la distance visible à tout moment et sur la moitié de cette distance si l’on ne peut pas se croiser. 

Conduite

Ne dépasser que dans les endroits où cela est possible en toute sécurité. En cas de doute, on renonce. 

La tolérance vis-à-vis de personnes moins à l’aise sur des routes de montagne est toujours appréciable. Ne nous mettons pas sous pression pendant les vacances ;-)

Conduire de manière à ménager ses passagers et s’ils devaient se sentir mal, ne s’arrêter que sur des emplacements prévus à cet effet.
Pour le passager sensible, regarder devant soi, au loin, et surtout pas sur un écran ou un livre par exemple. 

Voir plus d'actualités